Sensible et riz…L’homme est il un être sensible?

6 mars 2015

Cuchon

 Sensible et riz...L'homme est il un être sensible? dans Cuchon 091202002137_93

 

Comme l’a dit Pierre-Jean-Georges Cabanis à propos de l’homme :   »il ne vit que parce qu’il sent »…

 

Nous ne parlerons pas là de pratiquants de tir à l’arc ou de sarbacane s’exerçant sur un papegai de couleur azure

20304381-One-arrow-hit-the-center-of-a-blue-target-vector-image-suitable-for-business-or-marketing-logo--Stock-Vector dans Cuchon

 

Nous ne parlerons pas là de la montagne enneigée, sommet de l’Auvergne

 sommet-puy-de-sancy-enneige_uxga

 

Nous ne parlerons pas là de l’absence d’égoïne de couleur azurine

 playmobil-scie-double-bleue

 

Nous aborderons notre réflexion non pas au regard du système lemniscal…

 

Pour nous un Homme au sens large (anthropo et non andrago) est sensible s’il accepte le ressenti de ses émotions…

Un Homme sensible accepte ses mouvements internes, son arc en ciel d’émotions intérieures et il accepte d’interagir avec son environnement affectif, social, écologique… créant une dynamique émotionnelle…

L’homme a une nature sensible, il vit dans la relativité du temps et de l’espace qu’il perçoit à travers le prisme de ses sensations. 

Nous nous orientons spontanément vers un processus centré sur une gamme de capacités émotionnelles et sociales assez proche de Bar-On  (1997). Nous pourrions pour commencer dire qu’un Homme serait sensible en ayant les capacités à :

  • être conscient de soi ;
  • se comprendre et s’exprimer ;
  • être conscient des autres, les comprendre et entretenir des rapports avec eux ;
  • faire face à des émotions fortes ;
  • s’adapter au changement et régler des problèmes de nature sociale ou personnelle.

L’Homme sensible est donc celui qui peut être dans le mouvement, l’interaction et l’inter rétroaction lors d’une rencontre, un évènement… celui qui peut se donner les moyens d’un lâcher prise et d’être capable de laisser les préjugés et ressentis loin de la rencontre et de l’échange…accepter sa fragilité intrinsèque pour s’affirmer de manière extrinsèquement forte en quelque sorte… ne plus perdre d’énergie pour par-être ou paraître mais ETRE.

 

Pour conclure, il nous paraît simplement évident, il y a parfois des évidences naturellement simples, qu’un Homme sensible deviendra sensoriel à l’écoute de son corps et de celui des êtres aimés, accroissant par là  son univers de réceptions et d’émissions sensorielles.

 

La caillette

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Quanddisneyetghibliparlentd... |
Le campus universitaire |
Moi, moche et ronde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Simbaste
| Lenouveauprof
| Foncierimmoconsult